Logo Angoustrine Villeneuve Les Escaldes
Rechercher : 
ACTUALITÉ:

Patrimoine

Envoyer à un ami
Le climatisme et le thermalisme Le climatisme et le thermalisme

Le climatisme : en cerdagne, l'ensoleillement et la qualité de l'air expliquent l'implantation, depuis le début du 20ème siècle, d'un nombre important d'établissements de santé, qui se sont orientés, au rythme de l'évolution vers la prise en charge des maladies respiratoires.

Le thermalisme : les eaux de sources naturelles douées de propriétés thérapeutiques sont des eaux médicinales. Elles sont généralement nommées eaux minérales bien que toutes les eaux terrestres soient minéralisées. Le bain thermal exploite directement une source naturelle sur le site où elle est disponible et le baigneur se trouve ainsi en phase avec la nature.



Le train jaune Le train jaune

 

 L’année du centenaire du Train Jaune donne lieu à des animations récapitulées dans le document joint.

 

Lire la suite >>>



Le Carlit Le Carlit

C'est le plus haut sommet des Pyrénées-Orientales, Du haut de ses 2921 mètres, le Carlit domine un remarquable massif granitique constellé de lacs, offrant un panorama immense et splendide (du Canigou aux Pyrénées Centrales).



Chapelle Saint Martin Chapelle Saint Martin

La chapelle, très simple, bien conservée date du XIIéme siècle. On accède à la chapelle Saint Martin d'Envalls en empruntant le chemin de la vallée d'Angoustrine (chemin de transhumance), on aboutit alors à une prairie située à 1 600 mètres d'altitude, d'où partent des sentiers qui mènent au lac des Bouillouses et sillonent le massif Carlit. Un bâtiment hospitalier, aujourd'hui disparu, servait de relais aux voyageurs et de refuge aux bergers, il faut savoir aussi que la vallée d'Angoustrine se trouve être un des lieux de passage du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Le bâtiment est resté tel qu'il avait été édifié au XIIéme siècle. Laissé à l'abandon, sa restauration a commencé en 1981, puis l'association Chantier Remparts en a assuré l'entretien chaque été.



Eglise Saint André (XIXéme siècle) Eglise Saint André (XIXéme siècle)

L’église paroissiale Saint André est située dans le village, en bordure de la départementale.

Elle date du XIXème siècle.

Repères historiques :

Cette église fut consacrée en 1889. Il s’agit d’une grande église terminée aux angles extérieurs en pierres de taille. Le clocher tour se compose de plusieurs niveaux percés de multiples ouvertures. Deux cloches sont situées au 4° niveau du clocher. Cet édifice conserve, malgré la date de sa construction, un riche mobilier roman, dont un Christ du XI° siècle, deux Vierges très anciennes et un petit retable du début du XII° siècle. L'abside est pentagonale, appareillée en moellons de granit et comportant des chaînages d'angle.

Description extérieure :               Sur la façade sud

4° niveau - Baie géminée plein cintre en granit. Lire la suite >>>



Eglise Saint André ( XI éme siècle) Eglise Saint André ( XI éme siècle)

Eglise Saint André, datant du 11éme siècle et classée Monument Historique. Véritable musée du retable catalan, elle est située sur les hauteurs du village. Eglise Romane à nef unique et clocher mur. Chevet du 1er art Roman (11éme siècle), décoré d'arcatures lombardes. Fenêtres à double ébrasement. Porte en granit ouverte au sud (13éme siècle), aux chapiteaux grossiers. Les deux chapelles latérales, dont l'une porte un cadran solaire , la tribune et les oeils de boeuf ont été ajoutés au 18éme siècle. Cette église romane n'est plus une église paroissiale depuis la construction, à la fin du 19éme siècle de l'église néo-gothique élevée, près de l'école au bord de la route qui traverse le village.

 

Visite sur rendez vous uniquement. Contact Mme PEYRATO Sandrine
Tél : 04.68.30.22.89



Saint Assiscle et Sainte Victoire Saint Assiscle et Sainte Victoire

Saint Assiscle et Sainte Victoire est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. En pénétrant dans cette église en parfait état de restauration, l'oeil se trouve attiré par l'imposante roue à clochettes fixée sur le mur du choeur, côté épître. Cette église devait autrefois ressembler à tant d'églises romanes du 11éme siècle, mais par la suite elle subit plusieurs modifications dont la plus récente doit dater approximativement de 1728.